C’est quoi, ton pays préféré ?

Êtes-vous voyageur ? Vous a-t-on déjà posé cette question ? Avez-vous, sans réfléchir, pu citer votre pays favori, celui qui écrase la compétition et pour lequel vous renonceriez à tous les autres ? Pour ma part, j’en suis bien incapable.

Ce n’est pas ma liste de pays préférés, que je vous propose donc ici, mais une sorte de palmarès d’émotions. Impossible de hiérarchiser ces moments, là encore… Voilà qui ne vous aidera pas à déterminer la destination de votre prochain voyage avec certitude, mais qui vous nourrira de quelques miettes d’indices.

Là où je me suis senti le plus petit face à la nature.

Evidemment, être perché à 5 000 mètres et regarder en bas, ou regarder 5 000 mètres plus haut n’aide pas à se sentir important. C’est donc tout naturellement à la montagne que je pense. Approcher de l’Everest, et voir le toit du monde se dégager soudainement de son carcan de nuages est un moment inoubliable.

Everest, le toit du monde, côté Tibétain.
Everest, le toit du monde, côté Tibétain.

Là où je me suis senti le plus en communion avec la nature.

Oui, la nature sait impressionner, mais elle sait aussi accueillir. Deux endroits au monde m’ont donné l’envie de rester là quelques jours de plus, d’envisager quelques semaines, de rêver de quelques années… L’Amazonie, curieusement, qui pour certains semble hostile, et ses abords. Dormir en hamac au Venezuela ou au Suriname bercé par le tintamarre nocturne de la jungle est un bonheur. Et le Canada, dont la plupart des parcs nationaux procurent un calme indescriptible.

Lodge à Palumeu
Lodge à Palumeu, Suriname
Parc National de la Mauricie, Québec.
Parc National de la Mauricie, Québec.

Là où j’ai fait les plus belles rencontres.

Des belles rencontres, il y a en a eu, et il y en aura encore. Je pense tout particulièrement à Woeser, guide tibétain rencontré à Lhassa, qui nous a emmenés, Claire et moi, dans sa famille dans un Tibet oublié il y a quelques années. Je pense à Ketut et Madé, nos hôtes balinais au sourire incroyable, je pense au couple de seniors qui nous a accueillis en Argentine à Mendoza pour un repas de Pâques en famille. Trois exemples parmi d’autres, à trois endroits éloignés, comme une preuve qu’on ne choisit pas un pays pour y faire des rencontres. Les rencontres se font partout.

Woeser et sa soeur, en plein pique-nique.
Woeser et sa soeur, en plein pique-nique.

Là où j’ai le plus ravi mes papilles.

Choix difficile, puisque j’ai tendance à tout aimer ! Mais quelques pays sortent du lot, comme l’Inde et ses saveurs recherchées, la Thaïlande avec ses currys, le Vietnam et ses variations culinaires uniques au monde, ou l’Argentine paradis des carnivores.

Empenada de carne, Argentine.
Empenada de carne, Argentine.

Là où j’ai vécu la plus complète immersion culturelle.

Le Tibet, éloigné de tout, oublié, vient encore une fois en tête. La Chine dans sa globalité est sans doute le plus grand et le plus intéressant choc culturel qui soit. En Chine, je me suis senti perdu. Dans le bon sens du terme.

À quelle heure part mon train ?
À quelle heure part mon train ?

Là où j’ai été le plus agréablement surpris.

Sur notre itinéraire de tour du monde, se trouvait Bali. Claire en avait envie, j’en avais à peine entendu parler. Résultat : trois semaines incroyables sur une île où les gens sont les plus souriants du monde.

Ceremonie Bali 1
Cérémonie en famille à Bali.

Là où j’ai vu mon plus beau lever de soleil.

Ceux qui me connaissent savent que pour me faire lever avant le soleil, il faut une motivation plus qu’importante, et un évènement de taille. Non seulement j’ai accepté de me lever à 4h du matin et d’enfourcher mon vélo pour voir le soleil se lever sur la plaine de Bagan en Birmanie, mais je l’ai refait lors de mon second voyage !

Birmanie_Bagan
Lever de soleil sur Bagan, Birmanie.

Là où je me suis senti le plus dans un autre monde.

Une catégorie spéciale pour l’Australie, si immense, si diverse. Une culture aborigène qui ne ressemble à aucune autre, des animaux qu’on ne voit que là, des paysages si… australiens ! Le tout avec la gentillesse d’une population aussi curieuse qu’accueillante.

Uluru, Territoires du Nord, Australie.
Uluru, Territoires du Nord, Australie.

Là où je me suis dit : je viens d’un beau pays, quand même.

Oui, parce que retourner en France de temps en temps me permet de voir à quel point, dans un pays somme toute de taille modeste, des paysages de toute beauté et des villages incroyablement photogéniques peuvent cohabiter avec, disons-le, la meilleure cuisine du monde.

Parc de la Vanoise, France.
Parc de la Vanoise, France.

Plus d’information sur ces pays, n’hésitez pas à me contacter.

Publicités

Un commentaire

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s