18 mois au Vietnam: le bilan

À l’heure où j’écris ces lignes, je suis assis dans mon salon, dans le quartier de Phu Nhuan, Ho Chi Minh City. Encore 10 jours au Vietnam, après une aventure d’un peu plus de 18 mois. Avant de rentrer dans la Belle Province, rejoindre mon appartement de Montréal.

Difficile de se projeter. D’imaginer comment je vais retrouver le Québec. J’y ai déjà passé 3 ans formidables avant de venir m’installer au Vietnam, je suis confiant. Mais c’est aussi avec une nostalgie certaine que je vais quitter ce pays tellement attachant.

Scène de campagne près d'Hanoi.
Scène de campagne près d’Hanoi.

Le Monde est mon Village est un site de voyage, je ne vais donc pas m’étendre sur ma vie quotidienne. Bien que, ce que j’ai appris du pays et de ses habitants pourrait facilement remplir une saga en 10 volumes – sans exagération aucune – dont au moins 3 consacrés aux anecdotes et autres situations cocasses pour beaucoup liées à la différence culturelle.

Ce dont je veux vous parler aujourd’hui, c’est de la richesse de ce pays du point de vue d’un voyageur qui en a exploré un grand nombre de recoins, et qui compte encore les merveilles qu’il aurait encore envie de visiter s’il restait 10 ans de plus sur place !

Le lac Ba Be, encore assez peu visité
Aux alentours du lac Ba Be, encore assez peu visité

Tout d’abord, envisageons le Vietnam comme un tout. Ce qui est, en soi, aussi artificiel que de considérer qu’il n’y a aucune distinction entre les Corses et les Bretons, ou entre les Québécois et les Albertins. Mais admettons…

Les Vietnamiens, du nord, du sud ou du centre, ont quelques points communs. Parmi eux : leur gentillesse, leur curiosité, et leur dynamisme. Certes, un Saïgonnais vous dira que les Hanoiens sont roublards, et les Hanoiens vous diront que les gens du centre sont des ploucs. Mais si vous venez pour la première fois, chaque Vietnamien qui croisera votre chemin voudra tout savoir de votre vie et se mettra en quatre pour vous faire plaisir. Attention, vous n’êtes pas en Thaïlande ni au Cambodge, et le sourire est moins permanent et moins automatique. La gentillesse se fait plus discrète. Parfois vous aurez à ébaucher le premier sourire. Mais tentez un « Xin Chao ! » (Bonjour) retentissant, et observez le résultat !

Marché près de Dong Van, province de Ha Giang
Marché près de Dong Van, province de Ha Giang
De nombreuses ethnies se côtoient sur les marchés
De nombreuses ethnies se côtoient sur les marchés

Passons maintenant aux différences. En tout cas celles que vous pourrez observer. Les paysages, d’abord, sont aussi beaux qu’hétérogènes d’une région à l’autre. Si j’apprécie la nonchalance des bras du delta du Mékong (et de ses habitants), rien ne m’a ému au Vietnam comme les montagnes du nord, aux vallées profondes, au rizières en terrasses, et aux minorités ethniques dont les costumes traditionnels colorés sont portés au quotidien.

Marché flottant de Cai Rang, delta du Mékong
Marché flottant de Cai Rang, delta du Mékong
Meo Vac, nord Vietnam, près de la frontière chinoise
Meo Vac, nord Vietnam, près de la frontière chinoise

Entre ces deux extrêmes, des rizières – plates celles-ci – à perte de vue, des milliers de villages dont chacun a son âme propre, des plages qui, si elles n’ont aucune chance dans un prix de beauté face à leurs voisines de Thaïlande ou de Birmanie, offrent de confortables étendues de sable…

Symbole de différence autant que d’unité, deux grandes villes. Ho Chi Minh, encore appelée Saigon, est en plein boom. On y fait des affaires, on y mange dans de bons restos, on y fête la vie jusqu’à l’aube dans le dernier bar à la mode. Hanoi est administrative, moins exubérante, et se penche sur son passé autant qu’elle envisage l’avenir.

Quelle que soit votre destination, vous y trouverez l’une des perles du Vietnam : la cuisine ! Les plats sont différents selon la région, les saveurs variées, mais c’est cette incroyable variété, justement, qui fait du Vietnam une destination culinaire unique et unifiée.

Echantillons de saveurs...
Echantillons de saveurs…

Pour terminer, les amateurs d’histoire seront aux anges. Ici encore, je ne cherche pas à comparer. Si vous aimez les vieilles pierres, foncez à Angkor, au Cambodge, ou à Bagan, en Birmanie. Mais si comprendre une civilisation complexe vous passionne, celles du Vietnam exposent leurs beautés sur des sites qui ont été témoins de grandeurs autant que de décadences.

Alors, combien de temps pour un voyage de découverte au Vietnam ? Une semaine ? Deux ? J’en suis à 18 mois, et j’ai d’ores et déjà l’impression de n’avoir encore rien vu !

 

 

Publicités

2 commentaires

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s