L’exceptionnel, ça se prépare.

Routard ou adepte du tout inclus, doit-on forcément réserver son voyage plusieurs mois à l’avance ? Pas forcément. En tout cas pas forcément en entier. Mais il faut bien avouer que plus on cherche à sortir des sentiers battus, plus on cherche à découvrir quelque chose d’insolite, plus il est nécessaire de préparer un minimum.
Et ce conseil s’adresse tout particulièrement aux voyageurs les plus allergiques à toute préparation, qui aiment la magie de l’instant, le goût de l’imprévu, la saveur de la surprise au détour du chemin…

Pendant près d’un an, j’ai voyagé sac au dos, sans plus de préparation que de me demander ce que j’allais faire le lendemain. C’est en effet une non-organisation des plus grisantes, et d’une facilité déconcertante. Oui mais voilà, tous les routards finissent par tous se retrouver aux mêmes endroits. On voyage libre, mais on ne sort pas des sentiers battus. Un peu comme un train qui aurait le choix entre plusieurs aiguillages, à condition de ne pas sortir des rails !
Les 4 000 îles au sud du Laos ? 3 999 quasi désertes, et une seule dans laquelle s’entassent les voyageurs à petit budget. Attention, l’île est belle, ce n’est pas mon propos… Mais les 3 999 autres ne méritent-elles pas qu’on s’y arrête ?
Bangkok, ville immense s’il en est, a son quartier « routard », Khaosan Road. Une concentration impressionnante de voyageurs convaincus de vivre la grande aventure ! Le vrai Bangkok, lui, reste ignoré de 99% des voyageurs.

Voici quelques exemples de moments magiques que j’ai eu la chance de vivre, et qui nécessitent une toute petite préparation…

Un séjour dans un ancien domaine de chasse au Québec.
Ça se prépare, parce que c’est loin de tout, et que c’est petit, donc très vite plein ! Et  c’est une des mes plus belles expériences de voyage…
À préparer dès janvier, pour partir de juin à octobre.

Un voyage dans les confins du Tibet.
Ça se prépare, parce que personne n’y va. Il faut donc trouver quelqu’un qui vous emmène dans ce Tibet profond, le vrai, pas celui façonné par les autorités chinoises.
À préparer dès janvier, pour partir de juin à septembre.

Une randonnée dans les villages de minorités ethniques du nord du Laos (ou d’ailleurs !).
Ça se prépare, parce qu’on n’arrive pas comme ça dans un village qui n’a jamais vu de voyageurs en frappant aux portes pour trouver où dormir.
Faisable toute l’année, à préparer quelques mois à l’avance.

Quelques nuits sur le delta de l’Orénoque, au Venezuela, pour pêcher le piranha et rencontrer les indiens Waraos.
Ça se prépare, parce que les campements sont sur la mangrove, au milieu du delta, accessibles uniquement en bateau.
À préparer au moins un mois à l’avance pour partir entre décembre et mai.

Publicités

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s