Est-il déjà trop tard pour visiter la Birmanie ?

De retour d’un troisième voyage en Birmanie depuis quelques semaines, je ne peux m’empêcher de rester vaguement mal à l’aise en pensant à cette petite révolution touristique qui secoue le pays au million de pagodes.

Posons des jalons avant d’aller plus loin. Mon propos se limite ici à l’évolution du tourisme en Birmanie, au sens large. Au delà, je sors de mon domaine d’expertise. Si on veut bien admettre que je suis un expert en tourisme, ou en quoi que ce soit d’ailleurs, ce qui je vous le concède pourrait alimenter une discussion animée autant qu’interminable.

Un mot pourtant pour poser le contexte. Pour ceux d’entre vous qui n’auraient eu aucun contact avec les medias dans les 3 ou 4 dernières années, la Birmanie était il y a encore peu dirigée par une junte Birmane dont la main de fer avait choisi de se parer d’un gant de crin plutôt que d’un gant de velours. Grâce au printemps arabe, en tout cas c’est une des théories, le gouvernement militaire aurait pris peur, et décidé une soudaine large ouverture. Libération de l’opposante Aung San Suu Kyi, depuis élue au parlement, liberté de la presse, ouverture économique à l’internationale… Beaucoup reste à faire, mais c’est indéniable, le pays change, dans le bon sens, et à vitesse grand v.

Le marché d'Indein, autour du lac Inlé voit peu à peu quelques touristes arriver.
Le marché d’Indein, autour du lac Inlé voit peu à peu quelques touristes arriver.

La Birmanie, vous en aviez jusqu’à présent très peu entendu parler. Un de ces pays mystérieux, attirants, aux légendes teintées d’un colonialisme romantique… Mais sa fermeture et sa mauvaise réputation l’avaient rangé dans le classeur des pays dans lesquels vous ne pourriez jamais mettre les pieds. Et puis soudain, c’est possible. Non seulement on vous donne le feu vert, mais en plus on en fait la publicité… C’est décidé, l’année prochaine, vous partez en vacances en Birmanie !

Mingun, près de Mandalay, est un des sites les plus visités du pays.
Mingun, près de Mandalay, est un des sites les plus visités du pays.

Vous n’êtes (malheureusement) pas les seuls à suivre ce cheminement de pensée. Vous êtes nombreux. Trop nombreux. En tout cas trop d’un coup.

La Birmanie, même si elle a annoncé officiellement ouvrir ses portes aux touristes en 1996 (mais ça, vous ne le saviez pas), n’est pas du tout prête à accueillir autant de monde. D’environ 400 000 touristes par an lors de mon premier voyage en 2005, la Birmanie a en 2012 dépassé le million, avec 20 à 30% d’augmentation sur les 2 dernières années.

Bien sûr, ce chiffre reste ridicule comparé, disons, aux quelques 80 millions de touristes qui visitent la France chaque année. Sauf que la France y est habituée. Elle possède des structures adaptées, des professionnels formés, une maîtrise du marché… La Birmanie n’a pas grand chose de tout ça. Elle découvre, elle tâtonne, elle se cherche. Et parfois s’égare.

Il y a quelques années, il était possible de voir un coucher de soleil seul du haut d'un temple de Bagan.
Il y a quelques années, il était possible de voir un coucher de soleil seul du haut d’un temple de Bagan.

Si votre hôtel est de mauvaise qualité, mais qu’il est plein toute l’année, que faites-vous ? Quand vous êtes un manager compétent, vous capitalisez sur cette base. Vous investissez, vous rénovez, vous bâtissez une réputation pour votre établissement, et vous augmentez vos prix graduellement. Quand on ne vous a jamais appris ça, vous doublez simplement vos prix chaque année, et vous attendez que ça se passe.

Quand vous habitez un village à côté d’une pagode, et que vous voyez un touriste arriver un jour et acheter une carte postale le même prix qu’une de vos journées entières de travail, que faites vous ? Quand on vous a expliqué comment gérer une entreprise touristique, vous investissez dans un petit étal, et vous débrouillez pour passer une partie de votre temps sur place pour vous assurer un revenu complémentaire. Quand vous ne savez pas, vous laissez tout tomber au village, vous achetez des cartes postales, et vous courrez après tous les touristes qui passent en les harcelant jusqu’à ce qu’ils achètent. Le problème, c’est que ça ne marche pas très bien, parce que tout votre village fait la même chose, et que les touristes ont beau être des portefeuilles sur pattes, ils ne peuvent pas tout acheter à tout le monde.

Ce ne sont que deux exemples parmi d’autres, mais qui m’ont vraiment frappé comme indicateurs d’une mauvaise gestion de l’afflux touristique.

Difficile de voir ce qui se passe...
Difficile de voir ce qui se passe…

La Birmanie est-elle pour autant à bannir de votre liste de vacances ?

Certainement pas, c’est toujours le plus beau pays d’Asie du Sud Est !

Mais oui, la Birmanie des temples incroyables dans lesquels vous ne croisiez que pèlerins, moines et enfants souriants… Cette Birmanie là n’existe plus, et n’existera plus. L’incroyable plaine de Bagan pour vous seul, c’est terminé. Le pont en teck de U Bein sur lequel seuls moines et paysans locaux se croisent, bien fini.

Les choses vont s’améliorer, c’est certain, car les autorités n’auront pas le choix que de réguler l’activité touristique, sans quoi les touristes, une fois la mode passée, ne viendront tout simplement plus.

Coucher de soleil sur le lac Inlé.
Coucher de soleil sur le lac Inlé.

Mon conseil pour une visite intelligente du pays : changez votre itinéraire. N’allez plus à Mandalay, les sites touristiques autour de la ville sont envahis de vendeurs de rues à la limite d’être agressifs, et il y a d’autres sites aussi beaux en Birmanie.

Bagan et le lac Inle, bien que touristiques, sont des incontournables, mais complétez les avec des régions plus hors des sentiers battus comme le Rocher d’Or, Moulmein ou Hpa An…

Simplement, pour ne pas abîmer ces endroits encore relativement vierges, comportez-vous en touristes responsables. N’achetez pas tout à n’importe quel prix, considérez les habitants comme des êtres humains avec qui vous pourriez bâtir une relation, pas comme des sujets de photographie, ne donnez jamais quoi que ce soit aux enfants…

Et surtout, ne venez pas tous en même temps !

Publicités

Un commentaire

  • Bonjour, c’est exactement ce que j’ai ressenti apres être revenu dans ce ce pays cette année (ma premiere visite etait en 2005 également). Ca m’a fait un choc lorsque j’attendais le soleil se coucher à Bagan et que finalement j’ai du quitter le sommet du temple car il y avait trop de touristes et que je ne voyais plus rien. Mais c’est clair que Bagan et Inle reste époustouflant!

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s