Le voyage se suffit-il à lui-même ?

Des raisons de voyager, il en existe des millions. Au moins autant que des raisons de ne pas voyager. Chacun possède la sienne, car nous ne sommes pas égaux devant le voyage, et c’est tant mieux. Pour certains, dont je suis, point n’est besoin d’excuse pour partir. Un point de vue que je partage avec Nicolas Bouvier, écrivain voyageur et maître à penser de nombre de vagabonds.

Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu’il se suffit à lui-même. On croit qu’on va faire un voyage mais bientôt c’est le voyage qui vous fait ou vous défait.

Certains voyagent pour aller quelque part, d’autres pour fuir quelque chose. Pour s’enrichir, ou pour s’évader. Et pourquoi pas ? Y a-t-il un bon et un mauvais voyage ? Dans une large mesure, non. Avec une seule et évidente limite à sa liberté de voyager : là où commence celle des autres. Ecorcher une culture, dégrader un patrimoine historique, faire fi de l’environnement, se poser en colonialiste… Autant de comportements qui, imbécillité volontaire ou ignorance innocente, piétinent plus ou moins le jardin du voisin. Et cette courte liste n’est bien entendue pas exhaustive.

Train Birmanie

Mais ces limites posées, non, il n’y a pas de voyage plus noble qu’un autre. De hautes prétentions humanitaires ou d’éminentes études anthropologiques vous confèrent le statut d’être humain admirable, sans nul doute, mais ne font pas de vous un meilleur voyageur.

Tout le monde n’a pas le voyage comme unique centre d’intérêt. Et ça aussi, c’est tant mieux.

Vous êtes un passionné de poker ? Et vous aimez le voyage ? Bien sûr qu’il est beau de lier les deux. Évidemment, vous passerez plus de temps dans une salle de casino qu’à dormir chez l’habitant au milieu d’un village reculé. Mais votre découverte de Las Vegas, Atlantic City, Macau, Melbourne ou Monte Carlo sera une réussite, puisque c’est la vôtre.

Vous êtes un mordu de kitesurf, et ne jurez que par les longues plages, les vagues déferlantes et le vent soutenu ? Oui, un voyage au Cap Vert, même s’il se cantonne à une distance de moins de 500 m de la plage, sera parfait, puisque c’est vous qui l’aurez choisi.

Route Tibet

Partir pour faire la crêpe sur la plage n’est pas un meilleur voyage que s’exténuer sur les pentes de l’Himalaya. Ne pas quitter son paquebot de croisière pas moins respectable que s’aventurer dans la jungle une machette à la main. Économiser en dormant dans des dortoirs pas plus malin que dilapider son pécule dans des hôtels de luxe. Tester toutes les saveurs culinaires dans des roulottes à l’hygiène douteuse pas plus sensé que de dîner tous les soirs à l’hôtel.

Le voyage, c’est comme tout, c’est une question de goût. Il s’agit juste de voyager avec intelligence. Heureusement, l’intelligence est protéiforme…

Moto taxi Birmanie

Publicités

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s