Pourquoi j’aime… le Laos

Que peut-on manger au Laos au petit-déjeuner ? Un café, de la baguette et du beurre. Que peut-on manger au Laos sur le pouce dans la journée ? Un sandwich baguette-pâté. Non, bien entendu, ce n’est pas pour son petit côté français que j’aime le Laos. Mais outre le fait qu’on y trouve sans doute le meilleur café du monde, les réminiscences coloniales de ce coin d’Indochine donnent un aspect particulier à ce petit paradis du sud-est asiatique.

Petit déjeuner à Savannakhét

Non, ce qui fait du Laos un petit paradis, ce sont d’abord les Laotiens. Les Cambodgiens, les Thaïlandais, les Birmans, sont des peuples d’une gentillesse inouïe. Mais ils font pâle figure face à l’accueil souriant, doux et désintéressé des Laotiens. Une attitude qui inspire confiance, parfois jusqu’à l’excès. Une anecdote issue de mon premier voyage au Laos en témoigne. Arrivant à Paksé, après avoir négocié avec un chauffeur de Tuk-tuk le prix du trajet du terminal de bus au centre-ville, nous décidons de visiter le marché qui jouxte le terminal. Pour ce faire, nous décidons de confier nos bagages au chauffeur pendant une demi-heure. Excès de confiance, car le contenu de nos sacs à dos, quoique simple, pourrait être revendu pour environ 100 fois le prix de la course. N’empêche qu’à notre retour, notre chauffeur nous attend, avec nos bagages…

À l’image de ses habitants, le pays lui-même est d’une tranquillité qui invite à prendre son temps. Le Mékong, qui parcourt le pays du nord au sud, incite à se laisser guider par son cours, le temps d’une navigation d’une ou plusieurs journées. Au nord, descendant des montagnes, il est plutôt tortueux, étroit et jalonné de quelques rochers. Au sud, large et majestueux, il manifeste avec conviction sa proximité avec ce peuple qui se laisse guider par le courant de la vie.

Mékong, fleuve nourricier
Balade en pirogue

Bouddhistes jusqu’aux bout des ongles et jusqu’au fond de l’âme, les Laotiens sont philosophes. Leur quotidien est rythmé par les rites religieux, le cérémonial des moines récoltant leur aumône chaque matin en de longues processions est un moment émouvant. Ces mêmes moines sont aussi les meilleurs ambassadeurs de l’accueil formidable du Laos. Faites l’expérience : passez devant un monastère alors que des moines vaquent à leurs occupations dans le jardin. Il serait étonnant qu’on ne vous invite pas à entrer, à visiter, à faire un brin de causette…

Moines sur Don Khong
D’or et de safran

Destination en elle même hors des sentiers battus (environ 400 000 touristes par an, contre par exemple près de 80 millions en France…), le Laos est l’endroit idéal pour s’échapper, pour s’immerger, pour faire de belles rencontres. Prenez un bus qui s’engage sur le plateau des Bolovens au milieu des plantations de café, engagez-vous pour une randonnée dans quelques villages des ethnies minoritaires des montagnes du nord… Il ne faudra pas longtemps pour que vous vous trouviez seul étranger au milieu d’une ribambelle d’enfants curieux, joueurs et souriants. Ayez le courage de vous lever tôt, vous serez seul blanc au milieu d’un marché fourmillant, dans lequel vous pourrez déjeuner d’un café ou d’une soupe sous le regard rieur des paysans venus vendre leur récolte.

À un arrêt de bus perdu sur le plateau des Bolovens
À dos d’éléphant

Et si vous faites l’effort d’apprendre deux mots de laotien, un bonjour, un je m’appelle, un combien ça coûte… La conversation s’engage, et si vous n’aurez que peu de chance d’en comprendre le contenu exact, la bienveillance évidente des propos vous procurera une douce sensation de bien-être.

Pratique

Quand y aller ? On peut voyager toute l’année au Laos, y compris en saison des pluies. Mais pour être certain d’avoir du soleil et surtout de pouvoir emprunter toutes les routes, partez entre octobre et février inclus.

Comment y aller ? Pas de vols directs depuis l’Europe ni depuis l’Amérique du Nord. Vous passerez par Bangkok en Thaïlande ou par Ho Chi Minh City au Vietnam.

Combien de temps y rester ? Le Laos est loin. 10 jours sont un minimum pour un séjour relativement classique. Pour vraiment sortir des sentiers battus en prenant son temps, une semaine supplémentaire s’impose.

Comment m’organiser ? N’hésitez pas à nous contacter pour plus de précisions.

D’autres articles sur le Laos ? 
En savoir plus sur Le Monde est mon Village ?

Publicités

2 commentaires

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s